RRemaniement : Un ministère de la mer !

  • Print

 

 

 

 

PUBLIÉ LE 06 JUILLET 2020 PAR A.D.

 

Les acteurs de la filière maritime, qui s’estiment souvent les grands invisibles de la classe économique française, n’osaient l’espérer. À la faveur d’un remaniement censé donner une nouvelle inflexion au gouvernement, le nouveau Premier ministre Jean Castex a créé un ministère de la Mer et attribue le portefeuille à Annick Girardin, jusqu’à présent chargée des Outre-mer.  Périmètre et sort réservé aux administrations centrales derrière ce nouveau ministère restent inconnus à ce jour

À l’heure où l’annonce tombe, nul ne sait quelle sera l’étendue de ce ministère de la mer restauré dans son intégrité. Tant « la famille française de la mer » est vaste. Sans doute Frédéric Moncany de Saint-Aignan, le président du Cluster maritime français, espère-t-il qu’il embrasse la communauté maritime dans toutes ses composantes.

Au delà de son périmètre, c’est le sort réservé aux administrations centrales derrière ce nouveau ministère qui questionne. La Direction des affaires maritimes (DAM), chargée des gens de mer et de la flotte de commerce, relève de la Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGTIM) qui a compétence sur les ports, tandis que la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA) a été rattachée à l’Agriculture depuis quelques années. La pêche, sujet hautement régalien dans un contexte de Brexit, sera sans doute un sujet de négociation entre le ministère de l’Agriculture et celui de la Mer si transfert il devait y avoir.

Cela interroge aussi parce que l’actuel secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, est promu en devenant ministre délégué chargé des transports, relevant de la Transition écologique et solidaire.

Quoi qu’il en soit, la charge de la Mer a été plus volontiers confiée sous la Ve république à des secrétariats d’État et diluée dans un portefeuille aux attributions multiples, tantôt le transport et le tourisme, tantôt le développement durable, voire l’économie maritime ou la pêche ou encore l'urbanisme, le logement et des transports.

En quatre décennies, une multitude d’intitulés

En près de quatre décennies, il y aura eu quatre secrétaires de la mer, tenus par Ambroise Guellec (1986), Jean-Yves Le Drian (1991), Charles Josselin (1992) et Nicole Ameline (2002). Avec le secrétaire d'État Guy Lengagne (1983 et 1984), la mer sera rattachée à un ministère des Transports, puis dans un second mandat, à celui de l'Urbanisme, du Logement et des Transports. Dominique Bussereau héritera d’une secrétariat d'État aux Transports et à la Mer en 2002, intitulé qui sera repris pour le maroquin de François Goulard.

Avec Dominique Perben, la mer appartiendra à un vaste ministère englobant l'Équipement, les Transports et le Tourisme. Sous Borloo, la mer devra voisiner avec l'Écologie, l'Énergie et le Développement durable. Le récidiviste Frédéric Cuvillier, l’homme du dossier SNCM notamment, sera ministre délégué aux Transports et à l'Économie maritime, puis aux Transports, à la Mer et à la Pêche et enfin secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche entre 2012 et 2014. Enfin, Alain Vidalies disposera de la mer au même titre que les Transports et la Pêche au sein d’un secrétariat d’État (2014). Depuis 2017, la fonction est rattachée au ministère de la Transition écologique et solidaire.

Frédéric Moncany de Saint-Aignan - Philippe Louis-Dreyfus : « La filière maritime souffre, M. le Premier Ministre »

« Maritime porté au plus haut niveau de l’État »

De la quinzaine de ministres et secrétaires d'État à la mer depuis 1981, c’est le nom du député du Finistère Louis le Pensec, ministre sous François Mitterrand, qui ressort à chaque fois des plis des souvenirs. Sans doute parce qu’il a étrenné la création d’un premier ministère dédié et parce qu’il a été, avec Jacques Mellick (1988), l’un des deux seuls locataires jusqu’à ce jour avec Annick Girardin. Les mouvements pendulaires de l’Histoire sont d’ailleurs assez curieux. Le socialiste breton passera du ministère de la Mer à celui de l’Outre-mer. L’élue radicale de gauche de Saint-Pierre-et-Miquelon fera le cheminement inverse, elle qui regrettait, lorsque lui ont été confiés les Outre-mer sous le gouvernement d’Édouard Philippe, que la mer n’y soit pas associée.

« Attribuer à la mer un ministère serait un très beau message délivré », reconnaissait, il y a quelques jours, Jean-Emmanuel Sauvée, président d’Armateurs de France. « Mais si derrière il y a une vraie vision maritime. C’est très important pour un pays comme la France que le maritime soit porté au plus haut niveau de l’État. »

Assises de l'Économie de la Mer: Emmanuel Macron les a compris...

Accélération de la stratégie maritime

En termes de symbolique, il ne pourra pas être reproché au Président de la République de ne pas avoir réglé son cerveau sur la fréquence maritime. Il distille habilement depuis des mois ses petites intentions à l’égard d’un secteur complexé, persuadé souvent à raison que les hommes politiques « ne portent pas la même attention au maritime qu’à d’autres secteurs ».

Ceux qui ont assisté aux Assises de l’Économie de la mer en décembre dernier à Montpellier se souviennent encore de sa prestation scénique de près de deux heures. Par sa maîtrise technique d’un monde plutôt complexe, par ses formules emphatiques – « Le XXIe siècle sera maritime », « il est temps que l’on reconnaisse la part maritime de notre destin », « que la France embrasse sa réalité maritime, assume sa géographie dans toutes ses composantes, hexagonale et ultramarine » –, le dirigeant politique avait convaincu. « En même temps », rares sont les domaines d’activité comme le maritime offrant à un chef de l’État, qui aime prendre de la hauteur, un terrain d’expression qui permettent d’exprimer une vision à la fois régalienne, économique, écologique, géopolitique…

Il s’y est aventuré et leur a déroulé une vision maritime ambitieuse en « quatre axes », où la nécessaire protection des océans se voyait réconciliée avec une « économie maritime prospère et durable », où la préservation de la biodiversité et l’exploitation raisonnée des ressources ne devaient pas être opposables à « la continuité de la pêche et à la compétitivité de notre économie ». Souveraineté stratégique et puissance maritime s’érigeaient alors en grandes convictions géopolitiques.

Assises de l’Économie de la mer : le président maritimiste

Des adresses

Depuis, Emmanuel Macron entretient les amitiés. Mi-juin, dans son intervention télévisée très attendue en raison du confinement-déconfinement, le président a eu quelques mots pour le secteur maritime. Sans pour autant l’intégrer dans les « plans massifs » déployés en faveur des « secteurs les plus durement touchés » que sont « l’industrie automobile, l’aéronautique, le tourisme, la culture, la restauration, l’hôtellerie », il l’a évoqué dans sa partie dédiée à la « reconstruction économique forte, écologique, souveraine et solidaire ». « Il nous faut créer les emplois de demain par la reconstruction écologique qui réconcilie production et climat (...) et cela passera aussi par l’accélération de notre stratégie maritime, nous qui sommes la deuxième puissance océanique mondiale. »

En attendant, c’est avec une formule convenue postée sur twitter que la nouvelle récipiendaire a accueilli la déclaration officielle du nouveau Premier ministre Castex. « Avec fierté, j'ai accepté la mission du président de la République et du Premier ministre d'être ministre de la Mer. Avec plus de 11 millions de km² de domaine maritime en France, plus de 391 000 emplois, 10 % de la biodiversité mondiale, les défis à relever sont immenses. » Deux nuances de vert et de bleu...

Adeline Descamps

 

Jeu de chaises musicales

Barbara Pompili succède à Élisabeth Borne au ministère de la Transition écologique et solidaire. Son secrétaire d'État chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, devient ministre délégué en charge des transports. Le ministère des Outre-Mer revient à Sébastien Lecornu.

Titulaire d’un diplôme d’animatrice socioculturelle, fondatrice et présidente de Cap sur l’Avenir, mouvement politique propre à l’Archipel, Annick Girardin (56 ans)  devient pour la première fois, sous l’étiquette PRG conseillère territoriale en 2000 puis députée de Saint-Pierre-et-Miquelon en 2007 (réélue au premier tour en 2012 et en 2014). À l’Assemble nationale, elle sera vice-présidente de la commission des Affaires européennes, membre de la commission des Finances, rapporteur spécial du budget « Sécurité et affaires maritimes, pêche et aquaculture », secrétaire de la délégation aux Outremers. Elle sera nommée en avril 2014 secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international puis ministre de la Fonction publique en 2016.

Membre du comité exécutif du PRG et vice-présidente du PRG, elle se ralliera à LREM en 2017 et elle est la seule ministre de François Hollande, avec Jean-Yves le Drian, à avoir obtenu un maroquin sous la présidence d’Emmanuel Macron.